Le saut en parachute, un sport hors du commun

17 Janvier 2020 - Sports
Le saut en parachute, un sport hors du commun

Grimper un volcan pour ensuite le dévaler avec une planche de surf, suivre le cours d'une rivière à travers un canyon, faire du motocross en freestyle, etc., ce sont quelques-unes des activités sportives les plus extrêmes et les plus en vogue. Mais qu’est-ce que ces sports ont en commun ? La bonne dose d’adrénaline qu’ils procurent. Autre fait, ces activités nécessitent une grande dextérité et donc beaucoup d'entraînement, au vu des risques élevés qui y sont associés. Ces différentes caractéristiques, le saut en parachute les affiche également. Mais ce sport hors du commun se distingue des autres par son côté plus fun, ce qui pousse d'ailleurs certains à se demander s'il s'agit réellement d'un sport.

Le parachutisme est-il vraiment un sport ?

Si l'on s'en tient à la définition stricto sensu de ce qu'est un sport, la question ne devrait même pas se poser. En effet, le saut en parachute nécessite des efforts physiques réels et conséquents, avec les bienfaits et les inconvénients associés. Parmi les bienfaits figurent la réduction du taux de sucre dans le sang, la prévention des maladies cardiovasculaires ou encore la réduction des risques d'hypertension artérielle.

Mais si certaines personnes en viennent à remettre en cause l'aspect sportif du parachutisme, ce n'est vraisemblablement pas en raison de ses effets sur les corps ; des effets qui sont indéniables, puisque scientifiquement prouvés et ressentis par les pratiquants.

Les critiques font plutôt référence à ce que recherchent celles et ceux qui pratiquent cette activité. Force est de constater en effet que dans bien des cas, le parachutisme est d'abord vu comme un loisir qui procure des sensations fortes.

Dans ce cas, il est comparable à d'autres loisirs procurant de l'adrénaline comme la descente en rafting, les montagnes russes ou le saut à l'élastique. Pour autant, est-il raisonnable d'affirmer que cette activité ne devrait pas être considérée comme un sport ? Il est difficile de trancher puisque les critiques se fondent sur des aspirations purement subjectives, et non sur les bienfaits qu'apporte vraiment ce sport au corps.

Le parachutisme : un sport extrême

Il est des activités sportives « classiques » que tout le monde — sans distinction de sexe ou d'âge — peut pratiquer. C'est le cas du football, de la natation, d'une bonne partie des arts martiaux : karaté, boxe anglaise, taekwondo, etc. ou encore le jogging. Puis il est d’autres activités qui nécessitent des efforts physiques bien plus importants et qui requièrent surtout une aptitude plus conséquente, acquise au terme d'une longue expérience et d’une longue période d'entraînement. Il s’agit là des sports extrêmes, vous l’aurez compris.

Les blogueurs sont nombreux à parler tout simplement d'activités qui procurent une bonne dose d'adrénaline. Mais ce serait mettre sur le même piédestal le saut en parachute et le saut à l'élastique, par exemple. Pourtant même s’il existe bel et bien des caractéristiques communes aux sports extrêmes, le saut en parachute est hors du commun.

Saut en parachute et autres sports extrêmes : des différences ? 

Les conditions physiques:

Un sauteur en parachute ne doit pas forcément avoir les mêmes capacités physiques qu’un sportif de haut niveau. Mais il doit afficher une très bonne santé en présentant un « certificat de non-contre-indication » de moins de 6 mois. Son considérées comme inaptes au saut en parachute, les personnes :

— ayant gardé des séquelles d’un accident récent : entorse, fracture, etc.,

— ayant subi une intervention chirurgicale,

— sujettes aux maladies cardiovasculaires ou à risque,

— enceintes,

— sous tranquillisant.

Quand bien même vous êtes en pleine forme, vous avez toujours besoin de plusieurs semaines d'entraînement pour pouvoir pratiquer le parachutisme en toute sécurité.

L’expérience:

Si des stages sont proposés par des écoles spécialisées pour les débutants, certaines formules s'adressent aux professionnels ou aux amateurs avec un peu plus d’expériences qui peuvent même s'initier à des techniques de saut plus complexes, mais à maîtriser, en particulier le saut HALO ou high altitude – low openning, en français haute altitude – ouverture.

Jusqu'à très récemment, le saut HALO était l'apanage des militaires. Cette technique consiste alors, comme son nom l'indique, à sauter d'un avion à plus de 10.000 pieds (plus de 3 km), soit à la limite de l’altitude à laquelle le port d’un matériel oxygénant est obligatoire.

Le sportif saute alors et n’ouvre son parachute qu’à 1.000 pieds (environ 300 mètres) au-dessus du sol. Les tout premiers sauts HALO (dans le parachutisme civil) étaient organisés en septembre 2018 aux Sables-d'Olonne par Vendée Évasion Parachutisme, une école de parachutisme du Centre-Ouest de la France.

Les bienfaits du saut en parachute

Le saut en parachute optimise la santé physique, puisqu’il nécessite une bonne endurance. Avec le temps et de l'assiduité, vos capacités augmentent jusqu'à ce que vous soyez apte – au moins physiquement – à vous initier au saut HALO. Les autres avantages tiennent du mental.

Ainsi le saut en parachute, régulièrement pratiqué, aide-t-il à mieux gérer le stress. Certes, chaque saut libère de l'adrénaline, un neurotransmetteur qui est secrété en cas de stress ou de peur. Mais c'est ce même neurotransmetteur qui prépare le corps à réagir rapidement et efficacement à une situation. En vous entraînant de manière assidue, vous apprenez à maîtriser le stress et la peur aussi.

Avoir un corps en bonne santé et habitué à des efforts importants permet par ailleurs d'entretenir un mental plus solide. Vous serez mieux armé face aux problèmes et défis du quotidien. La sensation de peur et de stress éprouvée lors du saut forge cette force psychologique indispensable pour relativiser sur les difficultés de tous les jours. Plus généralement, les décharges d'adrénaline augmentent la confiance en soi. Les amateurs de sports extrêmes y trouvent un moyen d'atteindre un objectif parfois difficile. Les personnes qui ne se laissent pas abattre malgré les premières difficultés d'apprentissage sont aussi celles qui n'hésitent pas à franchir le Rubicon.

A propos de l'auteur: Sarah Hoceani

Opérant dans le domaine du tourisme depuis quelques années, j'ai découvert petit à petit les différentes attractions des voyageurs. Justement, ils n'attendaient que cela, s'amuser et oublier les soucis quotidiens. J'ai décidé de faire des recherches afin de promouvoir les loisirs pas seulement en voyage, mais dans la vie de tous les jours de chacun. Actuellement, je rédige avec joie ma passion pour aider et pour rendre les gens heureux même le temps d'un instant. Alors, bonne lecture à vous!

  • Partager :
  • Réagir :

Postez un commentaire

captcha

Découvrez egalement

PARTENAIRE DE VOS VACANCES