Que savez-vous du SlamBall ?

12 Mars 2021 - Sports
Que savez-vous du SlamBall ?

À ce jour, le SlamBall ne peut être étiqueté comme un sport traditionnel ni même une discipline internationale. Le slamBall est la preuve que les sports d’équipe connaissent une profonde mutation. Les réseaux sociaux s’emparent de cette discipline qui accapare peu à peu le quotidien des amateurs de sport américain. Les habitants du pays de l’oncle Sam sont connus pour s’attacher à des sports où les contacts physiques sont rudes dans des univers qui se rapprochent des jeux vidéo. Entre fiction et réalité, l’idée de base complètement folle d’allier plusieurs disciplines à savoir le basketball, le football américain, le trampoline, la gymnastique et le hockey a l’avantage de mettre au jour une nouvelle génération d’athlètes.

Mason le Guru

L’idée tortueuse naît dans l’esprit d’un jeune californien de 19 ans accro au football américain et fan de basketball. En 2000, cinq cents volontaires se bousculent en réponse à une annonce lancée par Mason Gordon pour jouer quelques matches afin d’affiner le règlement. Seuls cinq chanceux participent à l’expérience diligentée par Gordon et des enseignants d’éducation physique du California Institute of Technology. La discipline connaît une popularité croissante notamment auprès des amateurs de Street Basket qui apprécient les actions spectaculaires. Le premier terrain de SlamBall est installé dans un hangar à Los Angeles qui devient un endroit très fréquenté par les basketteurs des alentours. Un championnat sous la forme d’un tournoi au cours duquel six équipes s’affrontent les unes après les autres voit le jour en 2002. Les précurseurs sont les Slashers, les Maulmers, les Rumble, les Mob, les Bouncers et les Hombres. Les saisons 2002 et 2003 sont relayées sur le territoire national par ESPN. En 2008 les Slashers coachés par Kevin Stapleton s’imposent en finale dans le championnat face aux Rumble. Le match est retransmis aux USA sur CBS. La série télévisée à succès Les frères Scott contribue à la notoriété de la discipline auprès d’un public de jeunes Américains lors de la sixième saison diffusée en 2008-2009.  

La révolution en marche

Le timing est idéal pour Mason Gordon de prendre son bâton de pèlerin et parcourir la planète afin de prêcher la bonne parole du SlamBall. L’Australie se lance dans l’aventure en 2008 en créant son propre championnat. L’Espagne et l’Italie créent des ligues mineures et la Chine ouvre son premier palais du SlamBall à Shanghai en 2014. Depuis 2012, Gordon mène en Chine une grosse campagne en compagnie de l’ancien joueur de NBA Kenny Anderson, meneur durant sa longue carrière des Nets du New Jersey et des Celtics de Boston. Des matches retransmis par des chaînes de télévision chinoise, espagnole, australienne et italienne sont organisés à Hangzhou. À ce jour la Chine compte six équipes universitaires et un tournoi national. Le premier club français des Owl black est créé à Dijon en 2014. Suivent les clubs de Reims SlamBall, Ileo-Meldois Paris, Moon Fighter Besançon et Pays d’Aix-Marseille SlamBall. Vincent Ropiot est le premier président de la Fédération française de SlamBall créée en 2014. En 2016 le joueur professionnel italien Marco Bianchi installe un terrain de SlamBall à Riccione. Ce terrain est pratiqué pour les entraînements des fédérations européennes et notamment française depuis 2017. Mason Gordon et ses collaborateurs souhaitent que le SlamBall devienne un sport de démonstration aux Jeux olympiques d’été.

Basketball acrobatique

Le SlamBall ou Defy Trampoline Park basketball est un sport hybride qui oppose deux équipes de quatre joueurs sur un terrain d’environ 500 m². Chaque équipe est formée d’un meneur de jeu appelé Handler, de deux Gunners ou attaquants et d’un défenseur ou Stopper. Les remplacements sont volants et illimités. Le joueur qui a commis trois fautes est expulsé du terrain. Dans le cas où deux joueurs se disputent le ballon debout ou à terre, il n’existe pas d’entre-deux. La remise en jeu est effectuée par l’équipe qui défend. Le sport se pratique un peu plus en mode libre avec un mix de gymnastique, de football américain et de basketball. Pour éviter la sortie de la balle, le terrain est ceinturé de barrières de vitres en plexiglas qui délimitent l’aire de jeu comme au Hockey sur glace. Celle-ci est répartie en 9 parties avec une zone centrale neutre qui sépare les 4 trampolines alignés sous le panier de chaque équipe. La durée d’un match est disséquée en 4 quarts-temps de 5 minutes sans interruption sauf en cas de Temps mort ou Face Off. La possession est de 15 secondes contrairement au basket où l’équipe qui possède la balle a 24 secondes pour marquer. L’équipe qui atteint les 21 points la première est désignée vainqueur du match. Un slam dunk effectué après un saut sur le trampoline et un lancer en dehors de l’arc à trois points valent trois points tandis que les paniers simples valent deux points. En résumé plus la manière de marquer le panier est spectaculaire plus le score s’aggrave.   

Si la parenté avec le basketball est évidente, il n’en demeure pas moins que le SlamBall est un sport de contact à l’instar du rugby et du football américain où certains engagements physiques sont violents. Un joueur qui n’est pas en possession de la balle peut être percuté ou entravé ce qui occasionne des contacts rugueux, voire agressifs. À partir de l’instant où le joueur se saisit du ballon, il devient inattaquable jusqu’au moment de son premier dribble. Le règlement ne s’y oppose pas et seuls les placages en l’air et dans le dos sont interdits. Le chronomètre s’arrête pour un Face Off lorsqu’un joueur est agressé par un adversaire alors qu’il est en train d’effectuer un dunk. Le trampoline est l’élément clé du SlamBall. Sans lui, il est impossible d’effectuer les figures aériennes spectaculaires qui plaisent tellement aux passionnés de la discipline. Les pratiquants du SlamBall sont dotés d’une excellente forme physique, possèdent de la vitesse, maîtrisent la gymnastique et gagnent en souplesse. Les attaquants sont appelés à être créatifs pour scorer des paniers délirants et les défenseurs pour parer toute attaque doivent être résistants, puissants et costauds. La discipline procure énormément d’adrénaline aux sportifs qui pratiquent le jeu collectif et beaucoup de plaisirs aux spectateurs avec le rythme effréné des parties où l’on s’ennuie rarement.

A propos de l'auteur: Sarah Hoceani

Opérant dans le domaine du tourisme depuis quelques années, j'ai découvert petit à petit les différentes attractions des voyageurs. Justement, ils n'attendaient que cela, s'amuser et oublier les soucis quotidiens. J'ai décidé de faire des recherches afin de promouvoir les loisirs pas seulement en voyage, mais dans la vie de tous les jours de chacun. Actuellement, je rédige avec joie ma passion pour aider et pour rendre les gens heureux même le temps d'un instant. Alors, bonne lecture à vous!

  • Partager :
  • Réagir :

Postez un commentaire

captcha

Découvrez egalement

PARTENAIRE DE VOS VACANCES