Tout savoir sur les femmes girafes de Birmanie

10 Mars 2017 - Arts & Culture
Tout savoir sur les femmes girafes de Birmanie

Les « femmes girafes », également connues sous les noms « Padungs » ou « Karen » font certainement partie des ethnies les plus emblématiques de la Birmanie. Installées au cœur des montagnes à l'est du pays, dans l'État Kayah, ces femmes dont l'histoire fascine, se reconnaissent facilement par les colliers en spiral qu'elles portent autour du cou.

 

La légende

Les colliers en spiral qui caractérisent tant les femmes girafes sont à la fois un symbole d'identité culturelle et un accessoire à visée esthétique. Selon la légende, les femmes auraient commencé à porter les fameux colliers pour se protéger à l'époque des morsures de tigres très nombreux dans la région et qui attaquaient surtout leurs proies au niveau du cou. La croyance tout comme la pratique se perpétue à travers les générations. D'autres mythes laissent parallèlement croire que les colliers sont portés dans le but de ressembler à un dragon, une figure emblématique du folklore Kayah. Et les 2 fils sortant des colliers représenteraient les moustaches du fameux dragon.

Le port

La première spirale du collier est posée au cou des fillettes lorsqu'elles atteignent l'âge de 5 ans. La cérémonie organisée un jour de pleine lune se déroule toujours sous l'autorité d'un chaman. Avant la pose, le cou est généreusement enduit d'une pommade, fabriquée avec une association de lait de coco, de graisse de chien et de gelée royale. La spirale est remplacée tous les 2 à 3 ans, jusqu'à atteindre une dimension maximale de 40 cm. Tout naturellement, le poids augmente considérablement au fur et à mesure que les spirales deviennent épaisses. 1,5 kg au départ, elle pèse 4 kg environ à 9 ans, puis 6 kg à 17 ans, et 8 kg à 20 ans.

Les effets

Contrairement à ce que bon nombre de gens semblent penser, la spirale ne repose pas sur les os du cou, mais plutôt sur les côtes. De plus en plus lourde, à fur et à mesure que la fillette grandie, elle compresse les épaules et pèse sur les côtes, qui évoluent alors, en penchant vers le bas. Plus les côtes se penchent et plus la spirale tombe parfaitement sur les épaules. Le remplacement se fait lorsque la spirale ne semble plus suffisamment grande pour envelopper tout le cou. À partir de l'âge de 30 ans néanmoins, les muscles des femmes girafes s'affaiblissent considérablement. La peau s'en retrouve par ailleurs meurtrie et complètement décolorée.

Aujourd'hui dans la tribu, de moins en moins de femmes veulent perpétuer la tradition. Hormis le problème lié au prix exorbitant des spirales, 500 dollars pour les modèles en bronze les plus lourds, les femmes prennent davantage conscience des contraintes et des effets néfastes du port de ces colliers, sur leurs corps.

 

A propos de l'auteur: Emma Cruz
Depuis mon adolescence, j'ai toujours su faire plaisir à mon entourage avec mes idées surtout les week-ends ou même durant les périodes de vacances. Je préférais m'amuser au lieu de perdre mon temps. Et des plans, il n'en manque pas. Je partage actuellement cette passion pour les loisirs, quel que soit le genre, à tout le monde. À travers mes articles, j'attire l'attention des gens à apprécier mon aide et à leur faire vivre ma passion.
  • Partager :
  • Réagir :

Postez un commentaire

captcha

Découvrez egalement

PARTENAIRE DE VOS VACANCES