Mananjary et ses jumeaux maudits

05 Mai 2017 - Arts & Culture
Mananjary et ses jumeaux maudits

D'un continent à l'autre, et même d'une ethnie à l'autre, la naissance de jumeaux suscite des sentiments divergents. Si l'arrivée de ces enfants est dans certains cas une véritable bénédiction, elle est dans d'autres cas considérée comme une source de malédiction qu'il convient d'éradiquer. Tel est notamment le cas dans la ville malgache de Manjary où ces enfants autrefois voués à un sort impitoyable sont aujourd'hui encore relégués en marge de la société.

Une coutume implacable

Mananjary est une ville paisible du littoral sud-est de Madagascar habitée en majorité par l'ethnie Antambahoaka. Comme bon nombre des dix-sept autres ethnies de la Grande Île, les Antambahoaka sont fidèles à leurs coutumes, notamment celle concernant les jumeaux, considérés comme une source de malédiction. À leur naissance donc, les bébés étaient abandonnés à l’entrée de l'étable pour être piétinés par les zébus. Si la plupart étaient voués à une mort certaine, certains survivaient à ce cruel rituel. Les jumeaux maudits pouvaient alors vivre, mais en marge de la société, en dehors de la ville, loin de la case des chefs coutumiers et des chefs des clans, gardiens des coutumes et des valeurs traditionnelles.

Retour aux sources

L'origine de cette coutume implacable est diverse. L'une d'elles suppose que le premier Antambahoaka, à son arrivée au village, aurait choisi pour épouse une femme de la région, morte en couches alors qu'elle mettait au monde des jumeaux. Il en advint de même pour la seconde et la troisième épouse. Suite à ces événements tragiques, le chef aurait juré de ne pas élever des jumeaux. Selon une autre source, ce serait un astrologue qui aurait persuadé la reine Ranavalona I que les enfants nés sous le signe des jumeaux étaient prédestinés à un avenir exceptionnel. Craignant pour son trône, la reine ordonna aux parents d'abandonner les jumeaux. Pour certains, cette malédiction serait simplement liée à la difficulté que rencontraient les parents à élever deux enfants.

La situation actuelle

De nos jours, cette coutume est moins rigoureuse. Les petits « maudits » ne sont en effet plus mis à mort, mais ils demeurent des parias et sont toujours exclus de la société. Cette nouvelle situation est toujours difficile pour les parents qui doivent soit partir loin de la ville, soit placer leurs enfants dans un des deux orphelinats de Mananjary en vue d'une adoption. D’autres centres d'accueil pour les mères et leurs enfants ont également vu le jour à Mananjary. Mais avec le manque de financement et d'accompagnement structurés, les locataires, délaissés, vivent dans une situation des plus précaires. Bien que le gouvernement malgache ait ratifié un protocole qui demande le respect des droits humains des enfants, il demeure encore impuissant vis-à-vis de cette coutume fortement ancrée.

 

 

 

A propos de l'auteur: Emma Cruz
Depuis mon adolescence, j'ai toujours su faire plaisir à mon entourage avec mes idées surtout les week-ends ou même durant les périodes de vacances. Je préférais m'amuser au lieu de perdre mon temps. Et des plans, il n'en manque pas. Je partage actuellement cette passion pour les loisirs, quel que soit le genre, à tout le monde. À travers mes articles, j'attire l'attention des gens à apprécier mon aide et à leur faire vivre ma passion.
  • Partager :
  • Réagir :

Postez un commentaire

captcha

Découvrez egalement

PARTENAIRE DE VOS VACANCES